Chatillon-sur-Sevre

La Révolution à Châtillon-sur-Sèvre (Mauléon, 79)

Les secrets d’une ville sacrifiée

COUVERTURECHATILLON

Xavier Maudet
Ed. Claude Le Mastin, 452 pages
Parution septembre 2018

ISBN : 978-2-9521810-2-0

(452 pages papier, relié, couv. pelliculée, 240 x 170 mm)

envoyer un chèque de 28 € (port et emballage compris) à : 

Xavier Maudet, La Favrière, 79250 Nueil-les-Aubiers, France

ou

 

disponible aussi

sur eBAY 

sur Amazon (en version numérique avec 10% du livre librement accessible)

sur Delcampe

 

ou disponible dans les librairies suivantes :

 

CHOLET (49) : Passage Culturel – Librairie Prologue.

MAULEON (79) : Super U – rayon livres

BRESSUIRE (79) : Librairie Le Freneau

BRESSUIRE (79) : Hypermarché Leclerc – Espace culturel

NUEIL-LES-AUBIERS (79) : Maison de la presse quartier nord

 

 

VOIR LA TABLE DES MATIERES.pdf

TELECHARGER LE BON DE COMMANDE.pdf

 

Une guerre châtillonnaise

En septembre 1791, lorsque Jean-Baptiste Poupard prend la tête du dé-
partement des Deux-Sèvres, la tension est déjà très vive dans le district de Châtillon-sur-Sèvre (aujourd’hui Mauléon). Six mois plus tôt, ce Châtillonnais ori-
ginaire du Choletais a déjà connu deux colères ouvrières et paysannes, l’une dans sa
ville natale de Maulévrier contre sa famille, l’autre à Châtillon où il est installé depuis trente ans. Désormais aux commandes du directoire des Deux-Sèvres, Poupard entreprend donc avec un autre Châtillonnais, le docteur Morand, d’imposer la manière forte aux populations locales. Le président et le secrétaire général des Deux-Sèvres tiennent les religieux du Châtillonnais pour principaux responsables de l’agitation. Non contents de vouloir appliquer aux curés de paroisse les lois les plus contraignantes, Poupard et son équipe veulent aussi connaître l’identité des hommes en âge de combattre qui refusent de rejoindre l’armée.
C’en est trop. Leur implacable rigueur, contestée même par les commissaires du Gouvernement, met le feu aux poudres dans le bocage. En août 1792, des centaines de manifestants s’en prennent aux propriétés des patriotes du district. A Châtillon, les biens de Poupard sont directement visés, sa maison saccagée. A Bressuire, où les autorités du district se sont réfugiées, les insurgés font le siège de la ville. Après trois jours de colère, on déplore des victimes. Le bocage est sous le choc. Sept mois plus tard, en mars 1793, la population se soulève en même temps qu’une partie de la Vendée et du Maine-et-Loire. C’est la guerre de Vendée.
En revisitant les événements qui ont précédé l’insurrection vendéenne, le livre « La Révolution à Châtillon-sur-Sèvre » apporte un éclairage inédit sur cette période. Avant l’embrasement général, des dizaines de familles de patriotes vivaient à Châtillon, toutes plus ou moins aux manettes du pouvoir local, toutes plus ou moins liées entre-elles. La succession des événements va chasser ces familles de patriotes vers Bressuire, laissant Châtillon au pouvoir des contre-révolutionnaires. La ville deviendra même leur capitale durant quelques mois jusqu’à sa dévastation complète en octobre 1793.
A l’appui de centaines de récits, d’anecdotes, de documents d’archives, de témoignages d’époque, l’auteur apporte un éclairage nouveau sur la « Révolution à Châtillon-sur-Sèvre » en s’attachant à décrire les acteurs impliqués dans les divers partis, quelle que soit leur opinion.

Divisé en trois sections, le livre aborde le récit des événements, puis détaille quelques points particuliers et termine sur une série de biographies de dizaines de Châtillonnais. Le lecteur croisera ainsi le « scélérat » Turpault de la Loge, Baudry-Duplessis « chef des brigands », les patriotes Mounier, Merland de la Guichardière, Gouraud, Tharreau… et les contre-révolutionnaires Coudraye, Brin, Dailly, Cousseau de L’Epinay…
Le livre s’attarde également sur la puissance économique de l’abbaye de Châtillon, sur la ferveur religieuse et l’éducation. Il est aussi longuement question de la vente des biens nationaux, de la reconstruction de la ville, des nouveaux pouvoirs locaux. Deux faits de violence sont analysés plus en détail : l’assassinat de Mme Tocqué en octobre 1793 et l’exécution de deux présumés insurgés à Bressuire en août 1792.
Le lecteur retrouvera enfin au fil des pages les noms des dizaines de victimes châtillonnaises exécutées ou mortes au combat, assassinées ou disparues mystérieusement.

« La Révolution à Châtillon-sur-Sèvre » ne bouleverse en rien l’historiographie de la guerre de Vendée. Mais en décortiquant les événements qui se sont produits dans le Châtillonnais, l’ouvrage éclaire une partie de l’histoire, ignorée ou masquée et sur plusieurs points, totalement inconnue jusqu’à présent.

 

Table des matières

Châtillonnais contre Châtillonnais aux origines d’une guerre civile 

Châtillon-sur-Sèvre, la ville sacrifiée

Les notables

Les institutions

L’économie

Les ruraux

Artisans et professions libérales

Les lumières

1787-1789

Dissensions municipales

Châtillon au Directoire

Biens nationaux, acte I

1791, la colère

Le serment

Appel aux volontaires

Un Châtillonnais à la tête du département

Août 1792, l’insurrection de Châtillon

Mars 1793, l’insurrection de la Vendée

Baudry-Duplessis, chef des brigands

Juillet 1793

Merland de La Guichardière

Octobre 1793, la dévastation

Les victimes

Grignon-Boucret

1794-1796, douloureux retour à la paix

Biens nationaux, acte II

Brigands et assassins

Recomposition de la propriété immobilière

Recomposition du pouvoir local

On règle ses comptes

La population fait la fête

1815, chasser « l’usurpateur » 

Commentaires

2e partie

Compléments et analyses

L’Abbaye, puissance économique

Saint-Jouin, une paroisse de Mauléon

Une économie religieuse, administrative et agricole

Les religieux

Éducation et ferveur religieuse

Cousseau et de Feu deux mystérieux fusillés

Les familles aisées

Cossin de Belle-Touche

Denis de La Rallière

René Charles Grabot

Jean Chiron, menuisier

La vente des biens nationaux

Témoignages

Lettre de Des Nouhes de l’Oucherie

Avant la bataille des Aubiers

Lettre de Victoire-Adélaïde Garnier du Fief-Chollet

3e partie

Les acteurs du conflit

Famille Barbot

Famille Baudry

Famille Boutillier

Boutillier de la Chèze

Boutillier de Belleville et de Beauregard

Boutillier des Aubertières

Famille Brin

Famille Brunet

Brunet de Meslier

Famille Chauvin

Joseph Clemanceau

Famille Colbert

Famille Coudraye

Famille Couzineau

Famille(s) Cousseau

Cousseau, sénéchal de Mauléon

Cousseau de l’Epinay

Alexis Cousseau de L’Epinay

Abbé Cousseau de La Richardière

Cousseau de La Richardière

Cousseau du Vivier

Marie-Anne et Suzanne Cousseau

Famille Dailly

Famille Dizengremel

Daniel Dubin de Grandmaison

Famille Gautronneau

Famille de La Guêpière

Famille Gouraud

Famille Héraudin

Famille Jarry

Famille Merland

Famille Morand

Famille Mounier

Alphonse Perrinet

Famille Poupard

Famille Poyaud

Famille Proust

Famille La Rochejaquelein

Famille Roulleau

Famille Savary

Famille Tharreau

Famille Tocqué

Famille Turpault

Turpault de La Loge

Turpault, aubergiste à la Tête-Noire

Turpault, charpentier

Turpault, de Châtillon à Cholet

 

Editions

 

Première édition : octobre 2018

Deuxième édition : en préparation

Laisser un commentaire